Sécuriser par la vidéosurveillance ? mon œil !

Posté par christophe le 28 nov 2009 dans BONUS et Actualités, Web collaboratif (2.0)Pas de commentaires

La lettre professionnelle Vidéosurveillance infos datée du 16 septembre 2009 annonce la commercialisation d’offres de vidéosurveillance « assistées par ordinateur », en attendant dans un avenir plus lointain une possible vidéosurveillance sans la moindre intervention humaine. Les offres commercialisées par Keeneo et Viseox sont des dispositifs classiques de surveillance (caméras, régie…), auxquels s’ajoutent un logiciel d’intelligence vidéo qui permet d’identifier des évènements tels qu’une intrusion, de différencier s’il s’agit d’un animal d’un humain et donc d’alerter à bon escient selon un scénario prédéfini, un surveillant qui n’a plus besoin de rester scotché à son écran. « Un service d’autant plus utile que plusieurs études ont montré qu’un vidéo-opérateur ne peut rester concentré plus de vingt minutes consécutives », précise le représentant d’un des deux fournisseurs de solution.

Tout enseignant a appris que le niveau de concentration faiblit irrémédiablement après 20 minutes d’un effort continu. Pourquoi en serait-il autrement d’un vidéo-opérateur scotché devant un spectacle, reconnaissons-le, pas très haletant…

Il est juste dommage d’apprendre l’argument au moment où les vendeurs viennent vendre les nouvelles générations de machines. On pense aux municipalités qui ont investi dans des dispositifs classiques de vidéo surveillance à qui on avait oublié de préciser qu’il fallait envoyer chaque vidéo-opérateur en pause toutes les 20 minutes… Elles auront découvert un peu tard, soit que leurs systèmes sont inopérants, soit qu’ils sont beaucoup plus onéreux que prévu, en coûts d’exploitation. En fait, pour avoir une véritable évaluation d’une technologie, il est peut-être souhaitable de se fier au discours des vendeurs qui vendent la technologie d’après ?

D’aucuns feront remarquer qu’en fait, l’enjeu est uniquement dans la dissuasion. Comme dans le fameux Panopticon de Jeremy Bentham, cette prison idéale surveillée par un seul surveillant placé au centre, ce qui est important n’est pas de surveiller tout le monde en même temps (ce qui est impossible) mais que les observés croient qu’on les observe en permanence.

Mais pendant que nous cherchons à rendre la surveillance automatisée (un jour), le département de la police de Los Angeles (LAPD) vient de mettre au point un système de surveillance social pour lutter contre le terrorisme : « Iwatch ». Tout citoyen est incité à surveiller et à alerter, un système collaboratif de surveillance citoyenne. Théorisé comme un principe de sousveillance, (surveillance signifiant alors « par au-dessus », donc Bigbrother ; sousveillance signifiant « par en-dessous », donc collaboratif, 2.0, citoyenne). Une manière de ramener, dans nos villes impersonnelles, un peu de l’aimable pression sociale qui existait dans nos bons vieux villages du Moyen-âge…

Pour ceux qui n’auraient pas encore compris le traumatisme américain du 11 septembre, la publicité du LAPD sur son système social de surveillance est à recommander très chaudement, et à visionner sur http://www.dailymotion.com/video/xawvrk_iwatch-un-programme-orwellien-du-la_webcam.

iWatch, un programme Orwellien du LAPD
Extrait : « I watch my street, I watch my city, I watch my community, I watch my America, ». « I watch, I report, I keep us safe. »

Tags: , ,

Commenter