Université 2.0 : quand le prof écume les réseaux sociaux !

Posté par Christophe Deshayes le 31 mai 2010 dans A la une, BONUS et Actualités, Digital natives, EducationUn commentaire


Le site Rue89 du 03 février 2010 rapporte la décision d’un professeur de faculté de l’université d’Avignon de ne pas noter un dossier de fin de semestre sous prétexte que ses étudiants en licence «Information et Communication » se sont entraidés via un groupe Facebook.

Dans le cadre de leur cours de communication par l’image, ils devaient résumer les exposés des camarades de leur groupe, dans un dossier d’une trentaine de pages, pour la fin du semestre. Comme ils le faisaient en deuxième année, les « L3 » s’organisent pour pallier les défauts de la prise de note en classe en échangeant les éléments essentiels de leurs exposés via un groupe Facebook.

Sur le mur du groupe Facebook qu’elle a créé, Ludivine confie que le soi-disant « plagiat » n’est qu’un prétexte. Le problème, c’est Facebook : « Le support les dérange plus qu’autre chose et ils se doutent bien que chaque année les étudiants doivent partager leur travail pour s’entraider et compléter leur dossier, sachant qu’en cours, on zappe toujours quelques trucs. S’il n’y avait pas Facebook, on aurait fait tourner nos cours en mains propres ou par mail. Et on n’aurait pas eu de problèmes. »

Quand on voit l’ébullition créative en termes d’usages du numérique dans l’Education Nationale, notamment dans le secondaire, on ne peut être que consterné par cette aventure dans l’enseignement supérieur qui ne semble pas être le seul fait d’un enseignant refusant d’adapter ses méthodes à l’ère du numérique. En effet, la réponse faite à Rue89 par le doyen est éloquente « […] Nos étudiants deviennent très malins et les enseignants (malins), eux aussi sont sur Facebook (et d’autres réseaux sociaux). Ce qui conduit à des situations cocasses». Il y a fort à parier que le professeur a été félicité pour être aussi astucieux que ses élèves et être, lui aussi, un as de Facebook. Sûr qu’ils sont contents d’eux… ces deux là !

Quand on prend conscience que la discipline enseignée est l’information et la communication, on comprend à quel point cette formation rapproche les jeunes du monde du travail (sic). C’est vrai qu’aucun journaliste ne recopie jamais bêtement une dépêche AFP. Il ne faudrait pas que ces apprentis journalistes une fois dans la vie active se dépêchent d’aller sur Facebook pour traiter leur sujet. Imaginez ce que cela aurait pu donner pour le cas de la fameuse Zahia D de l’affaire Ribery.

$trackbacks = 0;

Un commentaire

» Flux RSS des commentaires
  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Michel Guillou and Js Barboteu, Christophe Guillon. Christophe Guillon said: Université 2.0 : quand le prof écume les réseaux sociaux ! http://goo.gl/LXmE [...]

Commenter